Une quête pour lire un livre par jour pendant 365 jours

Le 28 octobre dernier, à l’âge de 46 ans, Nina Sankovitch a lu un roman, « L’élégance du hérisson, »par Muriel Barbery. Le lendemain, elle a mis en ligne une critique la jugeant «belle, émouvante et parfois très amusante».

Le lendemain elle a lu «Les émigrés» par WG Sebaldet le lendemain, «Un soleil pour les mourants», de Jean-Claude Izzo. Sur Thanksgiving elle a luPeter AckroydLa biographie de Isaac Newton; surNoël«La chanson d’amour du singe» de Michael SA Graziano; le 4 juillet »Rêveurs »par Knut Hamsun. Lorsqu’elle a été vue vendredi, elle travaillait sur «Comment peindre un homme mort», de Sarah Hall. Elle a terminé deux autres au cours du week-end lors d’un voyage à Rochesteravec sa famille (mari; belle-fille de 27 ans; quatre garçons âgés de 16, 14, 11 et 8 ans) pour le soixantième anniversaire de mariage de sa belle-famille. Dans un monde privé de temps, où la lecture de livres est de plus en plus réduite, il est difficile de savoir ce qui est le plus frappant dans la quête de Mme Sankovitch, aujourd’hui au jour 350, qui consiste à lire un livre tous les jours pendant un an et à le relire.

Rappel utile que nous avons plus de temps que nous le pensons, si nous ne perdions pas autant de temps? Envy induire la leçon de la parentalité? (Les enfants sont également des lecteurs assidus.) Méditation sur la canalisation du chagrin? (Elle a été inspirée, en partie, par la nécessité de donner un sens à la mort de sa sœur aînée.) Une douce célébration de la gloire des livres?

L’année proustienne de Mme Sankovitch (jusqu’à présent, sauf le Proust), où elle lisait avec avidité – tard dans la nuit, dans l’attente d’aller chercher ses enfants, à la United States Open.

Mais ce qui frappe le plus, c’est peut-être que, à une époque où la lecture de livres peut sembler être un anachronisme pré-Internet, elle le faisait surtout parce qu’elle le voulait bien.Continuer la lecture de l’histoire principale

C’est peut-être un engagement « peu pratique » mais la partie engagement est géniale. À tous ceux qui ont déjà suivi un régime, ceux qui se sont promis …

« Ce n’est pas quelqu’un qui essaie de courir un ultra-marathon », a déclaré son mari, Jack Menz, avocat, qui a d’abord pensé à son plan: « Que dirais-tu d’un livre par semaine? », A-t-il ajouté. ce qu’elle aime vraiment. « 

Mme Sankovitch, une ancienne avocate spécialiste en droit de l’environnement aux yeux perçants aux yeux bleus, qui porte un médaillon contenant l’image d’un homme sur les toilettes en train de lire un livre, respecte certaines règles. Tous les livres sont ceux qu’elle n’a pas lus. Elle ne lit qu’un livre par auteur. Elle lit un jour et poste la critique le lendemain matin.

Mais surtout, elle invente au fur et à mesure. Par nécessité, elle s’approche surtout de livres de 250 à 300 pages ou moins – Thomas PynchonParanoïaque, le livre «The Crying of Lot 49», par exemple, plutôt que le plus lourd, à tous égards, «Gravity’s Rainbow». Mais le 1 er mars, elle a parcouru les 560 pages de « Révélation, » de CJ Sansom, un mystère de meurtre dans Tudor Angleterre.

Elle aime les fictions de haute intensité, mais lit également des mémoires, des mystères, de la science fiction, des romans illustrés et des ouvrages généraux, avec des intérêts de niche comme le punk rock (« S’il vous plaît, tuez-moi » Legs McNeil et Gillian McCain) et au tennis («Une terrible splendeur» de Marshall Jon Fisher).

«Vous ne pouvez pas partir de« Little Bee », de Chris Cleave, qui parle de cette jeune femme qui est témoin de torture et est elle-même victime d’abus dans Nigeria- Un livre vraiment génial, mais vous êtes en train de pleurer ou votre estomac est contracté – à un autre livre comme celui-ci le lendemain », a-t-elle déclaré. « Si je lisais un livre de ce genre tous les jours, je me serais effondré il y a longtemps. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *